Société
Justice
Editorial
Culture
Economie
Education
Environnement
Sports
Santé
Sciences
Diplomatie
Politique
Sécurité
Autres

La CNDI rencontre les journalistes, les opérateurs économiques et les étudiants

Politique
: publié Vendredi, le 17/02/2017 par BIGIRIMANA Raphaël

Imprimer
Organisation ce jeudi 16 février 2017 des activités du dialogue inter burundais en Mairie de Bujumbura par la Commission Nationale du Dialogue Inter burundais (CNDI). Ces pourparlers ont été organisés pour différentes catégories de personnes à savoir les journalistes, les opérateurs économiques et les étudiants.

Les journalistes pronent le partage équitable de la richesse

Pour les journalistes, Félicien NDUWUBURUNDI qui a présidé les échanges a indiqué que le rôle des médias dans la communication de la paix et la démocratie est cruciale. C'est dans ce cadre que la CNDI a rassemblé les journalistes des différents médias et presses écrites œuvrant au Burundi pour donner leurs point de vue afin de consolider la paix et la démocratie au Burundi. Les professionnels des médias ont émis différentes propositions pour asseoir une paix et une démocratie durable au Burundi. Parmi leurs suggestions, ils ont évoqué le respect des lois en vigueur notamment la constitution du Burundi et les lois connexes, l'accès à l'emploi selon les compétences et non le favoritisme, le partage équitable de la richesse du pays et l'indépendance de la magistrature.
Pour que les burundais arrivent à une paix et une démocratie durable, ces hommes des médias ont également proposés que la formation patriotique de la jeunesse soit intensifiée car il s'est observé que les jeunes subissent parfois la manipulation qui les conduit aux actes souvent de déstabilisations du pays. Ils pensent aussi que l'élaboration des projets de développement visant à combattre le chômage serait un moyen d'en finir avec les crises répétitives au Burundi car, précisent-ils, le chômage peut être une source de conflit. Les journalistes qui ont participé à cette session de dialogue inter burundais ont proposé que l'esprit créatif soit éveillé chez les burundais. Ces derniers doivent changer les mentalités et comprendre que l'Etat ne peut être l'unique employeur ont-ils expliqué. D'autres solutions émises par les journalistes sont liées au retour au bercail des réfugies burundais, la révision de la constitution du Burundi, l'éradication de la corruption et toutes ses formes, les respect mutuel et la croissance de l'économie.

Le grand ennemi du Burundi est la pauvreté (opérateurs économiques)

A l'endroit des opérateurs économiques, diverses propositions ont été émises telles que la suppression des mandats présidentiels et la création de la capitale économique du pays, combattre toutes formes de discrimination, la révision de la constitution surtout au niveau des mandats présidentiels, le respect de la verdict des urnes ainsi que certains passages de l'accord d'Arusha pour éviter des coups d'Etat. Ils ont signalé que le grand ennemi des burundais n'est autre que la pauvreté. Certains opérateurs économiques ont proposé la mécanisation de l'agriculture comme solution car les méthodes archaïques n'est plus efficace même pour l'autosuffisance.
Pour éviter la manipulation des jeunes, ils ont proposé qu'il y ait la création d'emploi et privilégier le critère de mérite surtout pour les grandes fonctions du pays. Les opérateurs économiques souhaitent qu'ils soient représentés dans les différentes institutions du gouvernement pour contribuer au développement du pays. Ils ont également fait savoir que sans la liberté de la justice et les médias, le respect des droits de l'homme, la démocratie est loin d'être. Autres suggestions, les politiciens doivent travailler en synergie pour le développement durable du pays et de la population et ne pas se considérer comme des ennemis en privilégiant le dialogue en cas de conflit.

Les étudiant demande la reprise de la coopération

Les étudiants quant à eux proposent qu'il y ait la représentativité des jeunes au niveau des institutions de l'Etat et l'éradication des enseignements basés sur l'ethnie au Burundi. Ils ont aussi proposé que l'Etat renoue de nouveau avec la coopération internationale, réduire la pauvreté, le partage équitable du trésor public, promouvoir le secteur agro-pastoral, mettre sur pied une politique de création et de multiplication d'emploi. Pour les uns, ils ont proposé qu'il y ait la réduction de l'effectif des partis politiques, la révision de la constitution et le respect du verdict des urnes D'autres ont indiqué qu'il est nécessaire d'informer la jeunesse sur le passé du Burundi et d' impliquer la jeunesse dans les affaires et la gestion du pays. Que les politiciens œuvrent pour l'intérêt de tout le monde, ont-ils souhaité. Pour les coupables, les étudiant suggèrent qu'ils soient traduits devant la justice et proposent le renforcement de la culture burundais dans toute la communauté.



©Radio Télévision Nationale du Burundi
12 Avenue 13 OCTOBRE | BP 1900 BUJUMBURA BURUNDI
Téléphone +257 22 22 35 85 | Email :rtnb@rtnb.bi