Société
Justice
Editorial
Culture
Economie
Education
Environnement
Sports
Santé
Sciences
Diplomatie
Politique
Sécurité
Autres

Lancement de la campagne de distribution des moustiquaires imprégnées d'insecticides

Santé
: publié Vendredi, le 09/09/2022 par NKURUNZIZA Dieudonné

Imprimer
La Première Dame et Présidente de l'Office de la Première Dame pour le Développement (OPDD) Angeline Ndayishimiye a procédé vendredi le 09 septembre 2022 à Murayi en commune Giheta dans la province de Gitega, au lancement officiel de la campagne de masse de distribution des moustiquaires imprégnées d'insecticides à longue durée d'action (MILDA), édition 2022.

Le délégué du Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) TAIB DIALLO a rappelé que le PNUD a reçu un Fonds mondial de lutte contre le Sida, le Paludisme et la Tuberculose avec le mandat d’appuyer le Burundi dans la gestion des ressources allouées au pays sous le leadership du ministère de la Santé publique et de la lutte contre le SIDA et en collaboration avec les autres partenaires comme l’OMS, le PAM, l’USAID ainsi que d’autres partenaires bilatéraux et multilatéraux.

TAIB DIALLO a fait savoir que le paludisme représente un fardeau dont le coût économique et social est trop lourd pour le Burundi. Selon lui, faire face à cette maladie exige de toutes les parties prenantes, une synergie de toutes les stratégies autant que de toutes les actions et interventions, pour arriver à le circonscrire pour le réduire de façon significative a-t-il poursuivi.

Il a fait savoir qu'en 2021, près de 5,7 millions d’épisodes de paludisme ont été recensés au Burundi, pour une population de 12,6 millions d’habitants. Ceci représente une augmentation de 30% par rapport à la même période en 2020, où près de 4,4 millions d’épisodes avaient été enregistrés.

Se servant des chiffres de l'Organisation Mondiale de la Santé ( OMS),le paludisme est la première cause de mortalité en Afrique y compris au Burundi. Cette maladie peut entraîner des conséquences non cognitives sur l'éducation via l'absentéisme scolaire, l'état de santé général des enfants ou encore d'autres conditions socioéconomiques et comportementales qui lui sont associées et pouvant affecter la mise en œuvre de l’Agenda de développement à l’horizon 2030 connu sous « les objectifs de développement durable (ODD) ». Cet agenda prône le principe de « ne laisser personne de côté » et donne la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous.

Selon le délégué de l'OMS, dans les cérémonies de lancement de la campagne de distribution de masse des moustiquaires imprégnées d'insecticides à longue durée d'action a indiqué que le paludisme reste un problème majeur de la santé publique et du développement car elle est une menace pour la population vivant au sud du Sahara surtout aux enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes.

Selon lui, depuis 2009, une série de 4 campagnes ont été organisées successivement en 2011, 2014, 2017 ,2019. A ce jour, l’on peut attester avec justesse, que la mise en œuvre de ces Campagnes a permis une baisse significative de la morbidité et de la mortalité d’où la nécessité de maintenir une bonne couverture en moustiquaires de toutes les populations ciblées par cette intervention.

Quant au Secrétaire Permanent au ministère de la santé publique et de lutte contre le SIDA Dr Jean Baptiste Nzorironkankuze, pour la campagne actuelle de 13 jours, ce sont 6 648 611 moustiquaires qui seront distribuées au cours des deux semaines, dans 1665 sites comprenant des groupements spéciaux (camps militaires, orphelinats, maisons de détention, écoles etc.),

16 provinces, 113 communes, 1665 sites sont concernés par cette distribution, pour un coût global d’environ $ 23,656,885 représentant BIF 47,758,124,983.

Selon toujours, le SP Dr Jean Baptiste Nzorironkankuze, l'innovation est que la distribution des moustiquaires imprégnées d'insecticides se fera dans 16 provinces exempt Ngozi, Muyinga dans lesquelles s'opèrent une autre campagne de pulvérisation des habitations et autres infrastructures.

Dans son discours de lancement de cette campagne, la Première dame Angeline Ndayishimiye a conseillé la population à faire bon usage de ces moustiquaires imprégnées d'insecticides sans toutefois les utilisées pour d'autres fins comme il s'est remarqué dans les campagnes précédentes.

Angeline Ndayishimiye a appelé la population à éliminer tous les éléments qui peuvent favoriser le développement des vecteurs du paludisme en débroussaillant tous les buissons et en éliminant les étangs autour des maisons d'habitations. La Première dame a également demandé aux burundais de toujours se confier aux structures de soins plus proches en cas des signes symptomatiques du paludisme,

Elle invite également la population de ne pas partager les cures des médicaments prescrits pour une seule personne.
Angeline s'est réjouie que le Gouvernement du Burundi via le ministère de la santé publique en collaboration avec ses partenaires au développement est entrain d'entreprendre le programme de la gestion de cas commentaires intégrée du paludisme (ICMM) par les agents de santé communautaire.


Santé
radio stream
Radio en ligne Chaine 1
Radio en ligne Chaine 2
©Radio Télévision Nationale du Burundi
12 Avenue 13 OCTOBRE | BP 1900 BUJUMBURA BURUNDI
Téléphone +257 22 216 559 | Email :rtnb@rtnb.bi , info@rtnb.bi