Société
Justice
Editorial
Culture
Economie
Education
Environnement
Sports
Santé
Sciences
Diplomatie
Politique
Sécurité
Autres

Oeuvres socio-économiques de feu Président Pierre Nkurunziza

Economie
: publié Jeudi, le 03/06/2021 par rédaction info net

Imprimer


Depuis son accession à la magistrature suprême en 2005, feu Président Pierre Nkurunziza a annoncé une série de réformes économiques et sociales pour améliorer le bien-être de la population.

Dans le domaine de la santé, on se souviendra notamment de la mesure de gratuité des soins pour les mères enceintes qui accouchent et des enfants de moins de 5 ans dans les centres de santé et les hôpitaux publics. Cette mesure qui figurait dans le projet de société lors de sa campagne électorale de 2005 a été salutaire pour de nombreuses familles qui étaient obligées de recourir aux accouchements à domicile, faute de moyens financiers pour payer la facture de la maternité.

Depuis l’annonce de cette mesure, le taux d’accouchement à domicile et le risque de décès et d’autres complications pour les mères et les enfants ont fortement diminué. Des semaines dédiées à la santé de la mère et de l’enfant ont été régulièrement organisées, deux fois par an. Ces semaines étaient consacrées aux activités de déparasitage, de vaccination et administration de la vitamine A. C’est également sous la présidence de Pierre Nkurunziza qu’a été décidé la prise en charge chirurgicale des mères souffrant de fistules obstétricales, une activité qui se poursuit jusqu’aujourd’hui à l’hôpital régional de la capitale politique Gitega. Ces traitements ont permis aux bénéficiaires de retrouver la joie de vivre et leur place dans la société.

Sous la présidence de feu Pierre Nkurunziza, l’éducation a connu de nombreuses réformes. C’est lui qui a décidé la gratuité de l’enseignement primaire au Burundi. Cette décision a contribué dans l’augmentation du taux de scolarité. Pour diminuer les taux d’abandons scolaires, le gouvernement a instauré les cantines scolaires qui offrent de la nourriture gratuite aux écoliers dans certaines provinces qui enregistraient une forte baisse en récurrente de la production agricole. Cette pratique a permis aux enfants des familles pauvres de certains coins du pays de poursuivre leurs études dans de meilleures conditions.

L’enseignement fondamental est né sous la présidence de feu Pierre Nkurunziza. Alors qu’avant l’enseignement primaire s’arrêtait en 6ème année, l’école fondamentale va de la 1ère année à la 9ème année. Le concours national qui se faisait en 6ème année se fait maintenant en 9ème année. Et après la 9ème année commence le cycle post fondamental. L’une des grandes innovations introduites dans l’enseignement fondamental et post fondamental, c’est l’introduction du cours d’Entrepreneuriat. Depuis son accession à la magistrature suprême en 2005, feu Président Pierre Nkurunziza a annoncé une série de réformes économiques et sociales pour améliorer le bien-être de la population.

Dans le domaine de la santé, on se souviendra notamment de la mesure de gratuité des soins pour les mères enceintes qui accouchent et des enfants de moins de 5 ans dans les centres de santé et les hôpitaux publics. Cette mesure qui figurait dans le projet de société lors de sa campagne électorale de 2005 a été salutaire pour de nombreuses familles qui étaient obligées de recourir aux accouchements à domicile, faute de moyens financiers pour payer la facture de la maternité.

Depuis l’annonce de cette mesure, le taux d’accouchement à domicile et le risque de décès et d’autres complications pour les mères et les enfants ont fortement diminué. Des semaines dédiées à la santé de la mère et de l’enfant ont été régulièrement organisées, deux fois par an. Ces semaines étaient consacrées aux activités de déparasitage, de vaccination et administration de la vitamine A. C’est également sous la présidence de Pierre Nkurunziza qu’a été décidé la prise en charge chirurgicale des mères souffrant de fistules obstétricales, une activité qui se poursuit jusqu’aujourd’hui à l’hôpital régional de la capitale politique Gitega. Ces traitements ont permis aux bénéficiaires de retrouver la joie de vivre et leur place dans la société.

Sous la présidence de feu Pierre Nkurunziza, l’éducation a connu de nombreuses réformes. C’est lui qui a décidé la gratuité de l’enseignement primaire au Burundi. Cette décision a contribué dans l’augmentation du taux de scolarité. Pour diminuer les taux d’abandons scolaires, le gouvernement a instauré les cantines scolaires qui offrent de la nourriture gratuite aux écoliers dans certaines provinces qui enregistraient une forte baisse en récurrente de la production agricole. Cette pratique a permis aux enfants des familles pauvres de certains coins du pays de poursuivre leurs études dans de meilleures conditions.

L’enseignement fondamental est né sous la présidence de feu Pierre Nkurunziza. Alors qu’avant l’enseignement primaire s’arrêtait en 6ème année, l’école fondamentale va de la 1ère année à la 9ème année. Le concours national qui se faisait en 6ème année se fait maintenant en 9ème année. Et après la 9ème année commence le cycle post fondamental. L’une des grandes innovations introduites dans l’enseignement fondamental et post fondamental, c’est l’introduction du cours d’Entrepreneuriat.
En introduisant ce cours, le gouvernement a voulu inculquer aux jeunes élèves l’esprit d’entrepreneuriat, pour qu’ils soient capables de concevoir leurs projets de développement. De cette façon, à la fin de leurs études, ces jeunes ne seront pas des demandeurs d’emploi mais des créateurs d’emplois.
C’est dans cette optique la présidence de Nkurunziza a eu l’idée de créer la Banque d’Investissement pour les jeunes (BIJE) . L’objectif ultime de la BIJE est de contribuer au financement des projets de développement initiés par les jeunes organisés en entreprises, en associations et en coopératives de droit burundais. “Le but final est de réduire le chômage en aidant à la création des opportunités d’emplois par et pour les jeunes sur tout le territoire national.


Sous le pouvoir de Pierre Nkurunziza, l’enseignement supérieur a également connu de nombreuses réformes, le nombre d’établissements d’enseignement supérieur a augmenté et de nouvelles filières de formations ont été introduites pour adapter les formations au marché de l’emploi.

Les infrastructures d’intérêt communautaire, comme les centres de santé, les hôpitaux, les stades, les routes et les bureaux provinciaux ont connu un essor considérable. Pour réaliser sa vision, le Président Pierre Nkurunziza a initié les travaux communautaires dans tout le pays. Dans ces travaux communautaires auxquels le Président participait activement, la population venait participer et donnait sa contribution sous forme de mains d’œuvre. De sa part, la présidence de la République offrait les matériaux de construction que la population ne pouvait pas se procurer, notamment le ciment, les tôles, les fers à bétons, les portes et fenêtres métalliques. Les autres moyens financiers provenaient des natifs des provinces.

Le Président Nkurunziza ne cessait de dire à la population que le développement est une question de compétition. Et les gens ont bien compris ce message et n’ont cessé d’apporter leurs contributions dans la réalisation de grandes constructions.

Grâce au leadership du Président Pierre Nkurunziza les burundais ont compris qu’ils sont capables de réaliser de grandes œuvres sans attendre l’aide extérieure. Dans ce cadre, le Président Pierre Nkurunziza a régulièrement organisé des rencontres avec les natifs des provinces pour les sensibiliser sur leur responsabilité dans le développement de leurs provinces.

Prêchant par l’exemple, Pierre Nkurunziza a sensibilisé les intellectuels à investir dans l’agriculture et l’élevage, et aujourd’hui, les résultats sont palpables. L’agriculture et l’élevage ne sont plus laissés aux seuls paysans. Dans ce domaine la présidence de Pierre Nkurunziza a été marquée par le repeuplement du cheptel à travers la chaine de solidarité communautaire, la construction des centres de collecte de lait qui ont permis aux éleveurs d’écouler facilement leurs productions.

Le domaine agricole a aussi été marqué par la subvention des engrais, ceci pour aider la population à augmenter la production à coût réduit. Les engrais minéraux ont commencé à être remplacés par les fertilisants organo-minéraux produits localement par la société FOMI.

L’exploitation minière n’a pas été oubliée. Beaucoup de sociétés de prospection et d’exploitation minières ont été autorisées à travailler officiellement, même si aujourd’hui certaines ont été suspendues parce que le gouvernement a constaté des irrégularités à corriger.

Le gouvernement de Pierre Nkurunziza s’est attelé à améliorer le climat d’affaires au Burundi. C’est ainsi que l’on a vu la naissance de beaucoup d’entreprises privées, œuvrant notamment dans les domaines de la transformation et des services. Des efforts ont été consentis, surtout après 2O15, pour augmenter les recettes fiscales et non fiscales pour financer le budget de l’Etat. Aujourd’hui, le budget de l’Etat est financé à plus de 90 % par les ressources internes perçues par l’Office Burundais des Recettes.

Une réforme très remarquable en économie est la création d’une nouvelle institution qui a introduit une administration fiscale et douanière moderne et professionnelle au Burundi. L’Office Burundais des Recettes (OBR) en sigle est un établissement public semi-autonome de collecte des Recette Publiques, créée par la loi n°1/11 du 14 juillet 2009. Cette réforme cadre avec la politique d’intégration économique du Burundi au sein de la Communauté Est Africaine (CEA). Le but général de la création de cette institution était améliorer les recettes publiques ainsi qu’un environnement favorables des affaires au Burundi.

Les recettes internes ont connu une progression annuelle de 9,8%, passant de 231 milliards BIF en 2011 à 482 milliards BIF en 2018. Sur la même période, les recettes douanières n’ont progressé que de 4,9% passant de 241 milliards à 355 milliards BIF. Au total, les recettes collectées par l’OBR sont donc passées donc de 301,21 milliards BIF à 836,9 milliards entre 2009 et 2018.

Et pour faciliter la tâche aux importateurs, les postes douaniers ont été transformés en postes frontaliers à arrêt unique. Déjà en vigueur au sein de la Communauté de l’Afrique de l’Est, les postes frontaliers à arrêt unique ont pour avantages : la réduction des coûts des transactions et des délais pour les importateurs, la simplification du commerce international, l’amélioration de la collecte des recettes douanières, la réduction des cas de corruption etc.

Dans le cadre de l’amélioration le climat des affaires au Burundi, sous le règne Nkurunziza, il a été créé en 2009 l’agence de promotion des investissements (API). Depuis que l’API a ouvert ses portes en mars 2010, elle a permis à bien des investisseurs de recourir à ses services pour bénéficier des avantages qu’offre le Code des Investissements ou pour créer des sociétés. Depuis sa création, l’API a enregistré plus de 5 000 sociétés. Parmi ces sociétés, 436 ont demandé des avantages liés au Code des Investissements et 68% de ces dernières ont obtenu le certificat d’éligibilité à ces avantages.

Depuis son accession à la magistrature suprême en 2005, feu Président Pierre Nkurunziza a annoncé une série de réformes économiques et sociales pour améliorer le bien-être de la population.

Dans le domaine de la santé, on se souviendra notamment de la mesure de gratuité des soins pour les mères enceintes qui accouchent et des enfants de moins de 5 ans dans les centres de santé et les hôpitaux publics. Cette mesure qui figurait dans le projet de société lors de sa campagne électorale de 2005 a été salutaire pour de nombreuses familles qui étaient obligées de recourir aux accouchements à domicile, faute de moyens financiers pour payer la facture de la maternité.

Depuis l’annonce de cette mesure, le taux d’accouchement à domicile et le risque de décès et d’autres complications pour les mères et les enfants ont fortement diminué. Des semaines dédiées à la santé de la mère et de l’enfant ont été régulièrement organisées, deux fois par an. Ces semaines étaient consacrées aux activités de déparasitage, de vaccination et administration de la vitamine A. C’est également sous la présidence de Pierre Nkurunziza qu’a été décidé la prise en charge chirurgicale des mères souffrant de fistules obstétricales, une activité qui se poursuit jusqu’aujourd’hui à l’hôpital régional de la capitale politique Gitega. Ces traitements ont permis aux bénéficiaires de retrouver la joie de vivre et leur place dans la société.

Sous la présidence de feu Pierre Nkurunziza, l’éducation a connu de nombreuses réformes. C’est lui qui a décidé la gratuité de l’enseignement primaire au Burundi. Cette décision a contribué dans l’augmentation du taux de scolarité. Pour diminuer les taux d’abandons scolaires, le gouvernement a instauré les cantines scolaires qui offrent de la nourriture gratuite aux écoliers dans certaines provinces qui enregistraient une forte baisse en récurrente de la production agricole. Cette pratique a permis aux enfants des familles pauvres de certains coins du pays de poursuivre leurs études dans de meilleures conditions.

L’enseignement fondamental est né sous la présidence de feu Pierre Nkurunziza. Alors qu’avant l’enseignement primaire s’arrêtait en 6ème année, l’école fondamentale va de la 1ère année à la 9ème année. Le concours national qui se faisait en 6ème année se fait maintenant en 9ème année. Et après la 9ème année commence le cycle post fondamental. L’une des grandes innovations introduites dans l’enseignement fondamental et post fondamental, c’est l’introduction du cours d’Entrepreneuriat.

En introduisant ce cours, le gouvernement a voulu inculquer aux jeunes élèves l’esprit d’entrepreneuriat, pour qu’ils soient capables de concevoir leurs projets de développement. De cette façon, à la fin de leurs études, ces jeunes ne seront pas des demandeurs d’emploi mais des créateurs d’emplois.

Sous le pouvoir de Pierre Nkurunziza, l’enseignement supérieur a également connu de nombreuses réformes, le nombre d’établissements d’enseignement supérieur a augmenté et de nouvelles filières de formations ont été introduites pour adapter les formations au marché de l’emploi.

Les infrastructures d’intérêt communautaire, comme les centres de santé, les hôpitaux, les stades, les routes et les bureaux provinciaux ont connu un essor considérable. Pour réaliser sa vision, le Président Pierre Nkurunziza a initié les travaux communautaires dans tout le pays. Dans ces travaux communautaires auxquels le Président participait activement, la population venait participer et donnait sa contribution sous forme de mains d’œuvre. De sa part, la présidence de la République offrait les matériaux de construction que la population ne pouvait pas se procurer, notamment le ciment, les tôles, les fers à bétons, les portes et fenêtres métalliques. Les autres moyens financiers provenaient des natifs des provinces.

Le Président Nkurunziza ne cessait de dire à la population que le développement est une question de compétition. Et les gens ont bien compris ce message et n’ont cessé d’apporter leurs contributions dans la réalisation de grandes constructions.

Grâce au leadership du Président Pierre Nkurunziza les burundais ont compris qu’ils sont capables de réaliser de grandes œuvres sans attendre l’aide extérieure. Dans ce cadre, le Président Pierre Nkurunziza a régulièrement organisé des rencontres avec les natifs des provinces pour les sensibiliser sur leur responsabilité dans le développement de leurs provinces.

Prêchant par l’exemple, Pierre Nkurunziza a sensibilisé les intellectuels à investir dans l’agriculture et l’élevage, et aujourd’hui, les résultats sont palpables. L’agriculture et l’élevage ne sont plus laissés aux seuls paysans. Dans ce domaine la présidence de Pierre Nkurunziza a été marquée par le repeuplement du cheptel à travers la chaine de solidarité communautaire, la construction des centres de collecte de lait qui ont permis aux éleveurs d’écouler facilement leurs productions.

Le domaine agricole a aussi été marqué par la subvention des engrais, ceci pour aider la population à augmenter la production à coût réduit. Les engrais minéraux ont commencé à être remplacés par les fertilisants organo-minéraux produits localement par la société FOMI.

L’exploitation minière n’a pas été oubliée. Beaucoup de sociétés de prospection et d’exploitation minières ont été autorisées à travailler officiellement, même si aujourd’hui certaines ont été suspendues parce que le gouvernement a constaté des irrégularités à corriger.

Le gouvernement de Pierre Nkurunziza s’est attelé à améliorer le climat d’affaires au Burundi. C’est ainsi que l’on a vu la naissance de beaucoup d’entreprises privées, œuvrant notamment dans les domaines de la transformation et des services. Des efforts ont été consentis, surtout après 2O15, pour augmenter les recettes fiscales et non fiscales pour financer le budget de l’Etat. Aujourd’hui, le budget de l’Etat est financé à plus de 90 % par les ressources internes perçues par l’Office Burundais des Recettes.

Une réforme très remarquable en économie est la création d’une nouvelle institution qui a introduit une administration fiscale et douanière moderne et professionnelle au Burundi. L’Office Burundais des Recettes (OBR) en sigle est un établissement public semi-autonome de collecte des Recette Publiques, créée par la loi n°1/11 du 14 juillet 2009. Cette réforme cadre avec la politique d’intégration économique du Burundi au sein de la Communauté Est Africaine (CEA). Le but général de la création de cette institution était améliorer les recettes publiques ainsi qu’un environnement favorables des affaires au Burundi.

Les recettes internes ont connu une progression annuelle de 9,8%, passant de 231 milliards BIF en 2011 à 482 milliards BIF en 2018. Sur la même période, les recettes douanières n’ont progressé que de 4,9% passant de 241 milliards à 355 milliards BIF. Au total, les recettes collectées par l’OBR sont donc passées donc de 301,21 milliards BIF à 836,9 milliards entre 2009 et 2018.

Et pour faciliter la tâche aux importateurs, les postes douaniers ont été transformés en postes frontaliers à arrêt unique. Déjà en vigueur au sein de la Communauté de l’Afrique de l’Est, les postes frontaliers à arrêt unique ont pour avantages : la réduction des coûts des transactions et des délais pour les importateurs, la simplification du commerce international, l’amélioration de la collecte des recettes douanières, la réduction des cas de corruption etc.

Dans le cadre de l’amélioration le climat des affaires au Burundi, sous le règne Nkurunziza, il a été créé en 2009 l’agence de promotion des investissements (API). Depuis que l’API a ouvert ses portes en mars 2010, elle a permis à bien des investisseurs de recourir à ses services pour bénéficier des avantages qu’offre le Code des Investissements ou pour créer des sociétés. Depuis sa création, l’API a enregistré plus de 5 000 sociétés. Parmi ces sociétés, 436 ont demandé des avantages liés au Code des Investissements et 68% de ces dernières ont obtenu le certificat d’éligibilité à ces avantages.


En introduisant ce cours, le gouvernement a voulu inculquer aux jeunes élèves l’esprit d’entrepreneuriat, pour qu’ils soient capables de concevoir leurs projets de développement. De cette façon, à la fin de leurs études, ces jeunes ne seront pas des demandeurs d’emploi mais des créateurs d’emplois.

Sous le pouvoir de Pierre Nkurunziza, l’enseignement supérieur a également connu de nombreuses réformes, le nombre d’établissements d’enseignement supérieur a augmenté et de nouvelles filières de formations ont été introduites pour adapter les formations au marché de l’emploi.

Les infrastructures d’intérêt communautaire, comme les centres de santé, les hôpitaux, les stades, les routes et les bureaux provinciaux ont connu un essor considérable. Pour réaliser sa vision, le Président Pierre Nkurunziza a initié les travaux communautaires dans tout le pays. Dans ces travaux communautaires auxquels le Président participait activement, la population venait participer et donnait sa contribution sous forme de mains d’œuvre. De sa part, la présidence de la République offrait les matériaux de construction que la population ne pouvait pas se procurer, notamment le ciment, les tôles, les fers à bétons, les portes et fenêtres métalliques. Les autres moyens financiers provenaient des natifs des provinces.

Le Président Nkurunziza ne cessait de dire à la population que le développement est une question de compétition. Et les gens ont bien compris ce message et n’ont cessé d’apporter leurs contributions dans la réalisation de grandes constructions.

Grâce au leadership du Président Pierre Nkurunziza les burundais ont compris qu’ils sont capables de réaliser de grandes œuvres sans attendre l’aide extérieure. Dans ce cadre, le Président Pierre Nkurunziza a régulièrement organisé des rencontres avec les natifs des provinces pour les sensibiliser sur leur responsabilité dans le développement de leurs provinces.

Prêchant par l’exemple, Pierre Nkurunziza a sensibilisé les intellectuels à investir dans l’agriculture et l’élevage, et aujourd’hui, les résultats sont palpables. L’agriculture et l’élevage ne sont plus laissés aux seuls paysans. Dans ce domaine la présidence de Pierre Nkurunziza a été marquée par le repeuplement du cheptel à travers la chaine de solidarité communautaire, la construction des centres de collecte de lait qui ont permis aux éleveurs d’écouler facilement leurs productions.

Le domaine agricole a aussi été marqué par la subvention des engrais, ceci pour aider la population à augmenter la production à coût réduit. Les engrais minéraux ont commencé à être remplacés par les fertilisants organo-minéraux produits localement par la société FOMI.

L’exploitation minière n’a pas été oubliée. Beaucoup de sociétés de prospection et d’exploitation minières ont été autorisées à travailler officiellement, même si aujourd’hui certaines ont été suspendues parce que le gouvernement a constaté des irrégularités à corriger.

Le gouvernement de Pierre Nkurunziza s’est attelé à améliorer le climat d’affaires au Burundi. C’est ainsi que l’on a vu la naissance de beaucoup d’entreprises privées, œuvrant notamment dans les domaines de la transformation et des services. Des efforts ont été consentis, surtout après 2O15, pour augmenter les recettes fiscales et non fiscales pour financer le budget de l’Etat. Aujourd’hui, le budget de l’Etat est financé à plus de 90 % par les ressources internes perçues par l’Office Burundais des Recettes.

Une réforme très remarquable en économie est la création d’une nouvelle institution qui a introduit une administration fiscale et douanière moderne et professionnelle au Burundi. L’Office Burundais des Recettes (OBR) en sigle est un établissement public semi-autonome de collecte des Recette Publiques, créée par la loi n°1/11 du 14 juillet 2009. Cette réforme cadre avec la politique d’intégration économique du Burundi au sein de la Communauté Est Africaine (CEA). Le but général de la création de cette institution était améliorer les recettes publiques ainsi qu’un environnement favorables des affaires au Burundi.

Les recettes internes ont connu une progression annuelle de 9,8%, passant de 231 milliards BIF en 2011 à 482 milliards BIF en 2018. Sur la même période, les recettes douanières n’ont progressé que de 4,9% passant de 241 milliards à 355 milliards BIF. Au total, les recettes collectées par l’OBR sont donc passées donc de 301,21 milliards BIF à 836,9 milliards entre 2009 et 2018.

Et pour faciliter la tâche aux importateurs, les postes douaniers ont été transformés en postes frontaliers à arrêt unique. Déjà en vigueur au sein de la Communauté de l’Afrique de l’Est, les postes frontaliers à arrêt unique ont pour avantages : la réduction des coûts des transactions et des délais pour les importateurs, la simplification du commerce international, l’amélioration de la collecte des recettes douanières, la réduction des cas de corruption etc.

Dans le cadre de l’amélioration le climat des affaires au Burundi, sous le règne Nkurunziza, il a été créé en 2009 l’agence de promotion des investissements (API). Depuis que l’API a ouvert ses portes en mars 2010, elle a permis à bien des investisseurs de recourir à ses services pour bénéficier des avantages qu’offre le Code des Investissements ou pour créer des sociétés. Depuis sa création, l’API a enregistré plus de 5 000 sociétés. Parmi ces sociétés, 436 ont demandé des avantages liés au Code des Investissements et 68% de ces dernières ont obtenu le certificat d’éligibilité à ces avantages.

Economie
radio stream
Radio en ligne Chaine 1
Radio en ligne Chaine 2
©Radio Télévision Nationale du Burundi
12 Avenue 13 OCTOBRE | BP 1900 BUJUMBURA BURUNDI
Téléphone +257 22 216 559 | Email :rtnb@rtnb.bi , info@rtnb.bi