Société
Justice
Editorial
Culture
Economie
Education
Environnement
Sports
Santé
Sciences
Diplomatie
Politique
Sécurité
Autres

EAC: l'OIM valide le protocole de la circulation de la main d'oeuvre

Société
: publié Mardi, le 12/06/2018 par NININAHAZWE Gaudiose

Imprimer

L’Organisation Internationale pour les Migrations(OIM) a organisé lundi 11juin 2018, un atelier de validation finale de l’étude comparative sur la mobilité de la main d’œuvre au Burundi, Tanzanie, Rwanda et Kenya. Cela concerne les représentants du ministère de la sécurité publique, ceux du ministère à la présidence chargé des affaires de la communauté Est Africaine, ceux du ministère des Droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre ainsi que les directeurs et coordinateurs des institutions nationales.

Odette Bolly chargée de la mobilité à l’OIM Burundi a indiqué que cette étude s’est focalisée sur la collecte des données et le cadre législatif qui gère la migration du travail dans les différents pays.

Elle a précisé que les pays sont à différents niveaux de mise en œuvre des engagements qu’ils ont pris auprès de la communauté Est africaine dans le cadre du protocole commun sur la libre circulation des personnes et de la main d’œuvre.

Odette Bolly chargée de la mobilité à l’OIM Burundi a fait savoir que les recommandations ont été tirées non seulement sur base du protocole de la libre circulation des personnes et des biens mais aussi sur les bonnes pratiques qui sont relevées dans le cadre législatif de l’Union Africaine sur la migration en Afrique qui régit toute la gestion de la migration sur continent.

Elle a indiqué que l’une des recommandations far, c’est l’harmonisation des politiques nationales de la mobilité de la main d’œuvre.
Odette Bolly a également parlé de la collecte des données et le partage systématique des données entre les Etas membres et comment on garde ces données. A u niveau des Etats membres, Odette Bolly a signalé qu’il a eu beaucoup d’acquis déjà notés, des choses qui restent à faire et d’autres qui sont en cours de réalisation.

Pour le cas du Burundi, elle a indiqué que le Burundi a déjà sa politique nationale sur la migration et va bientôt développer sa politique de la mobilité de la main d’œuvre. Odette Bolly a fait savoir que le Kenya n’a pas encore de politique nationale de la migration, le Rwanda en a un et la Tanzanie ne l’a pas encore développé non plus.

Elle a précisé que les migrants intervieuvé au Burundi sont des rwandais et des kenyans et qu’ils ont donné un feedback positif de l’expérience professionnelle au Burundi. Odette Bolly chargée de la mobilité à l’OIM Burundi a indiqué que ces migrants ont bien vécu leur expérience professionnelle.
Société
radio stream
Radio en ligne Chaine 1
Radio en ligne Chaine 2
©Radio Télévision Nationale du Burundi
12 Avenue 13 OCTOBRE | BP 1900 BUJUMBURA BURUNDI
Téléphone +257 22 22 35 85 | Email :rtnb@rtnb.bi