Société
Justice
Editorial
Culture
Economie
Education
Environnement
Sports
Santé
Sciences
Diplomatie
Politique
Sécurité
Autres

SEP/CNPS : les parties prenantes échangent sur les principes qui devraient régir le secteur des pensions

Société
: publié Samedi, le 02/12/2017 par NYANDWI Dieudonné

Imprimer

Le Secrétariat Exécutif Permanent (SEP) de la Commission Nationale de Protection Sociale (CNPS) a animé vendredi 1er décembre 2017, un atelier d’échanges sur la thématique des pensions. C’était aussi une occasion d’analyser l’état des lieux des pensions dans les différentes institutions qui gèrent les pensions au Burundi, à savoir les institutions de sécurité sociale, les compagnies d’assurances et les institutions financières.

Dans son mot de circonstance, l’assistant du Ministre chargé des affaires sociales Madame Nkerabirori Elisa a indiqué que l’objectif global était d’offrir aux parties prenantes un cadre d’échanges sur les principes qui devraient régir le secteur des pensions.
Elle a également précisé que ces principes permettront d’analyser leur incidence sur la politique nationale de protection sociale, en vue de renforcer l’opportunité d’accès des affiliés aux régimes de retraite complémentaire, voire d’améliorer les conditions de libre circulation et de mobilité professionnelle dans les pays de l’EAC.

Au cours de cet atelier, les participants ont analysé l’état des lieux de l’extension de la couverture des pensions au secteur informel.
Me Nkerabirori Elisa a fait remarquer que les principes de gestion du secteur des pensions sont mal connus, et par conséquent mal assimilés par une large portion des bénéficiaires tant actifs que potentiels.
De plus les divergences d’opinion au sujet de la qualité des prestations offertes par les organismes de sécurité sociale, l’inquiétude quant à la marginalisation de certaines cibles, créent une limite à l’extension de la couverture nationale de protection sociale, a expliqué Me Nkerabirori Elisa.

A ce sujet, le Secrétaire Exécutif du CNPS, M. Arcade Nimubona a reconnu que la population n’est pas sensibilisée et a fait savoir que le SEP/CNPS va renforcer la sensibilisation afin que la population puisse accéder à un niveau de vie approprié. Il a également laissé entendre que les organismes qui gèrent les pensions ont compris eux aussi la nécessité de faire connaitre l’importance des pensions et que chacun, en ce qui le concerne va mettre le paquet, pour amener la population à adhérer au régime de pension obligatoire ou complémentaire.

Les participants ont fait remarquer que les prestations des organismes qui gèrent les pensions sont tellement dérisoires à tel point qu’à la retraite, les affiliés perçoivent des rémunérations très médiocres qui ne peuvent pas les faire vivre convenablement.
Les responsables de ces organismes ont indiqué que cette problématique est due au fameux plafonnement placé à 450 mille francs comme plafond de la base de calcul des prestations. Les rémunérations ne sont pas à mesure de couvrir les dépenses des retraités, ont-ils affirmé.

En réponse à cette problématique, le Secrétaire Exécutif de la CNPS a indiqué que des études actuarielles sont entrain d’être menées à l’INSS et à l’ONPR pour examiner la santé financière de ces organismes afin de revoir à la hausse leurs prestations en faveur des affiliés.

Arcade Nimubona a également souligné que le SEP/CNPS a aussi commandité au niveau des deux institutions, des études appelées « analyses institutionnelles, financières et organisationnelle » dans le souci d’améliorer les prestations des affiliés.

En attendant la prise des mesures de déplafonnement de la base des cotisations, les participants ont recommandé aux affiliés de l’INSS et de l’ONPR de souscrire au régime de pension complémentaire en vue de garantir leur condition de vie à la retraite.

Il sied de noter que cet atelier avait regroupé les responsables de l’INSS, les responsables de l’ONPR, ceux des compagnies d’assurances qui commercialisent le produit « assurance-vie » et ceux des institutions financières.
















©Radio Télévision Nationale du Burundi
12 Avenue 13 OCTOBRE | BP 1900 BUJUMBURA BURUNDI
Téléphone +257 22 22 35 85 | Email :rtnb@rtnb.bi