Société
Justice
Editorial
Culture
Economie
Education
Environnement
Sports
Santé
Sciences
Diplomatie
Politique
Sécurité
Autres

La décision de la CPI est sans effet (A.L.Kanyana)

Justice
: publié Vendredi, le 10/11/2017 par NININAHAZWE Gaudiose

Imprimer

Le Burundi dénonce le caractère politique de la décision du Procureur Général de la Cour Pénal Internationale(CPI). Dans un point de presse animé vendredi 10 novembre 2017 par la Ministre de la justice et garde des sceaux, Aimée Laurentine Kanyana , elle a indiqué que le Burundi n’est pas lié à la décision prise par une organisation dont le Burundi ne fait plus partie.

La Ministre de la justice a donné la réaction du gouvernement burundais sur la décision du Procureur de la CPI d’ouvrir des enquêtes sur les crimes commis au Burundi à la suite de la crise politique liée aux élections de 2015.
Aimée Laurentine Kanyana a indiqué que cette décision de la CPI vient confirmer une fois de plus la politisation des Droits de l’Homme et de la justice pénale internationale. La Ministre de la Justice a souligné que cette décision est sans effet sur le Burundi compte tenu de son retrait effectif des statuts de Rome et de la CPI depuis le 27 octobre 2017.

Aimée Laurentine Kanyana a fait savoir que c’est 14 jours après que la prise présumée de cette décision que le Burundi a pris connaissance de la décision et ce par les médias. Elle a ajouté que cette décision prise dans par la cour dans ces circonstances vient confirmer la politisation des Droits de l’Homme et de la justice pénale internationale ainsi qu’une tentative de déstabilisation des pays africains.

La ministre de la justice a fait un appel aux autres Etats à constater que la CPI est sortie de son cadre légal et constitue une menace pour leur souveraineté. Elle les a invité à redoubler de vigilance pour constater également que c’est un instrument de déstabilisation des Etats.

Au moment où le Droit International prévoit que la CPI peut mener des enquêtes dans un pays qui s’est retiré des statuts de Rome, sur demande du Conseil de Sécurité des Nations Unies, Aimée Laurentine Kanyana a indiqué que même si cette voie était prise pour le Burundi, elle n’aboutirait pas comme d’autres qui ont passé par ce conseil.
©Radio Télévision Nationale du Burundi
12 Avenue 13 OCTOBRE | BP 1900 BUJUMBURA BURUNDI
Téléphone +257 22 22 35 85 | Email :rtnb@rtnb.bi