Société
Justice
Editorial
Culture
Economie
Education
Environnement
Sports
Santé
Sciences
Diplomatie
Politique
Sécurité
Autres

Les leaders des partis politiques analysent les perspectives de 2020 pour un bon déroulement des élections

Politique
: publié Dimanche, le 14/05/2017 par BIGIRIMANA Raphaël

Imprimer
L'Ombudsman burundais Edouard Nduwimana a rencontré les 12 et 13 mai 2017 les partis politiques pour analyser ensemble les perspectives pour 2020 en vue de préparer un bon déroulement des éléctions.

Au cours d' un café politique organisé organisé à cet effet, 2 thèmes ont été développés à savoir: "les forces et faiblesses des partis politiques au Burundi et les perspectives pour 2020, ainsi que le thème relatif à l'espace et liberté publique, défis et perspectives".

L'Ombudsman burundais Edouard Nduwimana qui a ouvert les travaux de ce café politique a fait savoir que c'est une occasion de diagnostiquer la responsabilité des leaders politiques dans l'organisation des cadres de dialogue. "Il importe de rappeler que le dialogue inter burundais concerne tout les burundais aussi bien résidant au pays que ceux de l'extérieur du pays" a précisé l'Ombudsman burundais. Il a ajouté que ce café politique vient au point nommé. Selon Edouard NdDUWIMANA, ce cafépolitique offre une opportunité loyale pour poser un diagnostic sur la responsabilité des leaders politiques dans la conduite, l'organisation et l'appropriation des cadres de dialogue.

Les intervenants ont présentés les défis rencontrés par les partis politiques sur terrain. Tacien Sibomana de la coalition Amizero y'Abarundi a fait savoir que les partis politiques au Burundi brillent par des faiblesses. Tacien Sibomana propose la mise en place d'un organisme indépendant de gestion des partis politiques.

Pierre Claver Ndayicariye président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) évoque pour lui, un pilier de pauvreté et de chômage qui a été oublié mais qui handicape un développement de la démocratie au Burundi. Il considère personnellement depuis plusieurs années qu'il y a un pilier manquant à la consolidation de la démocratie au Burundi. Il mentionne le peuplement, l'absence de réflexion sur l'économie et l'absence de réflexion sur la création de l'emploi.

Pour Sylvestre Ntibantunganya ancien Président de la République du Burundi, une liberté détruite n'en est pas une. Selon lui, on devait savoir exercer nos libertés dans la liberté des autres. Il s'exprime en disant qu' une liberté qui est exercée de manière à détruire n'en est pas une. C'est comme exercer le pouvoir pour détruire d'autres.

Selon Joseph Ntakarutimana qui a représenté le parti CNDD-FDD , la solution de tous les problèmes se trouvent dans l'organisation du dialogue car depuis longtemps, les problèmes du Burundi on été résolus au tour du table de dialogue.

Et pour clore, le premier Vice-Président de la République Gaston Sindimwo qui a aussi participé à ce café politique a émis le souhait de voir le dialogue externe être rapatrié au Burundi. Tous les participants à ce café politique se sont accordés sur la nécessité d'autres cadres de dialogue et retraites pour analyser ensemble les défis au bon fonctionnement des partis politiques et pour promouvoir l'ouverture de l'espace publique.
©Radio Télévision Nationale du Burundi
12 Avenue 13 OCTOBRE | BP 1900 BUJUMBURA BURUNDI
Téléphone +257 22 22 35 85 | Email :rtnb@rtnb.bi