Société
Justice
Editorial
Culture
Economie
Education
Environnement
Sports
Santé
Sciences
Diplomatie
Politique
Sécurité
Autres

Editorial: '' Résistance du peuple burundais face au complot international''

Editorial
: publié Mardi, le 03/01/2017 par rédaction info net

Imprimer
Ce que peuple veut, Dieu veut!
Le peuple ne se déjuge pas. Quand il s’est dépris des manœuvres visant à son étouffement collectif et quand il a choisi de faire valoir sa position souveraine, rien ne sert à courir, il faut se ranger du bon côté, celui de la masse populaire, un point c’est tout. La population burundaise comme un seul homme a résisté vaillamment et pacifiquement contre les forces du mal qui l’assaillaient de façon intempestives depuis 2015 et voir même bien avant sous diverses formes à peine voilées. Alors, pourquoi les détracteurs du peuple burundais qui sont à la solde de certaines chancelleries et organisations étrangères se sont-elles ainsi aveuglées jusqu’à croire qu’elles pouvaient facilement se mesurer à la force populaire ? Une véritable erreur d’appréciation qui leur coûtera chère. Cette vision myope à vouloir résister à la force populaire, a été matérialisée par des plans machiavéliques téléguidés de l’étranger. Croyant que la rhétorique génocidaire qu’ils avaient adoptés leur donnera raison, les adeptes de l’anarchie ont été surpris de voir comment les burundais épris de patriotisme se sont levés comme un seul homme, dans leurs diversités ethniques et sont parvenus à déjouer des plans savamment concoctés contre lui. L’on se souviendra de ces images farfelues balancées sur France 3 parlant d’un début de génocide imaginaire à Karusi, de ce rapport bourré de mensonges grotesques pondu par un groupe de prétendus experts des droits de l’homme sur le Burundi, un document qui a esquivé sciemment les arguments de contre poids présentés par la partie gouvernementale. Le peuple burundais n'est pas prêt d'oublier ce rapport de la FIDH, appuyé par son acolyte la ligue ITEKA, qui exalte un tableau sombre sur la situation des droits de l'homme au Burundi, un document qui frise le ridicule quand il parle d'un génocide en préparation alors qu'ils sont persuadés du fond d'eux-mêmes que la réalité sur le terrain est tout autre et que les burundais cohabitent pacifiquement dans leurs diversité et que les équilibres prônés par les accords d'Arusha dans les institutions étatiques sont respectés. La résistance pacifique du peuple burundais face à ces agressions multiformes s'est traduite par un véritable esprit de patriotisme. Alors que l'occident a pris la mesure de suspendre son appui budgétaire à l'Etat, les burundais ont pris leur destin en main, en s'acquittant de leurs obligations fiscales avec éclat. L'office burundais des recettes a ainsi enregistré des résultats de loin supérieures à ses attentes permettant le pays à supporter pleinement ses charges. Les salaires des fonctionnaires de l'Etat ont été payés régulièrement et comme pour boucler l'année 2016 par un véritable smatch, le gros des fonctionnaires de l'Etat ont perçu leur salaire avant le jour du réveillon et ont célébré les fêtes de fin d'année dans la tranquillité. Au moment où les détracteurs des institutions de l'Etat pour la plupart retranchés en occident continuaient à faire croire au monde que rien ne va au Burundi, l'année 2016 a été pourtant celle de plusieurs réalisations. Les hautes autorités du pays n'ont pas eu le temps de respirer. Elles ont inauguré plusieurs œuvres et dans tous domaines, des œuvres qui sont le fruit des efforts des seuls burundais sans l'appui de l'étranger. L' armée et la police Nationale en symbiose avec les comités mixtes de sécurité ont assuré la pleine sérénité surtout le territoire nationale, une quiétude nationale qui a eu comme bénéfice le retour au pays des dizaines de milliers de burundais qui s'étaient réfugies à l'étranger pour la plupart suite aux rumeurs sans fondement rependues largement sur les réseaux sociaux. La sortie du Burundi de la CPI cette année a été perçue comme une marque de bravoure du peuple burundais et de ses dirigeants, une première dans le monde qui servi de référence à pas mal de pays qui lui ont par la suite emboîte le pas. Une sortie qui n'a pas manqué de créer des jaloux, l'Union Européenne en tête, qui a pris la mesure de suspendre son appui au contingent burundais de l'AMISOM afin de parvenir à briser la chaîne de commandement de la FDN, ce qui s'est révélé comme peine perdue. L'organisation à grande échelle des séances de dialogue inter burundais menés tout au long de cette année sous la coordination de la CNDI ont fait preuve d'une maturité démocratique, une leçon donnée à ceux qui croient encore que les problèmes burundais seront résolus par l'occident. Quoiqu'il en soit, les efforts des burundais épris de paix à définir leur destinée, ont gagné la confiance de pas mal de pays qui se sont rangés du bon côté, celui de la raison. Le président en exercice de l'UA le Tchadien Idris Déby de même que le médiateur Benjamin Mkapa ont vu juste, lorsqu'ils ont confirmé la légitimité des institutions nationales démocratiquement élus. Les mensonges des burundais anarchistes ont atteint leur paroxysme lorsqu'ils ont affirmé avec forte conviction à ceux qui croient encore à leurs histoires à dormir debout, que l'argent destiné à achat du Jet présidentiel a été détourné. Fort heureusement; l' "oiseau rare" a atterrit à l'Aéroport international de Bujumbura au début du mois de décembre 2016 un démenti qui a laissé perplexes les auteurs des rumeurs qui avaient parlé d'un détournement de fonds alloués à l'achat de ce Jet. La résistance pacifique des burundais face au complot international a véritablement gagné du terrain. Le peuple burundais a désormais choisi de rester serein et viser l'avenir, celui du développement de leur pays. Les hautes autorités invitent à chaque sortie médiatique les burundais réfugies à l'étranger de rentrer au pays pour joindre à leurs compatriotes dans ce vaste chantier et se préparer aux élections 2020, puisque " Demain commence aujourd'hui dit-on"; Ce que les détracteurs du peuple burundais s'entêtent toujours à ne pas croire oubliant que le temps n'est pas suspendu et préférant nourrir leurs espoirs illusoires croyant que le salut leur viendra de l'étranger, des illusions qui se lisent à travers leurs écrits et propos de style grandiloquent et déclamatoire contre un peuple soudé pour le meilleur et pour pire.

Rédaction radio
radio stream
Radio en ligne Chaine 1
Radio en ligne Chaine 2
Editorial
©Radio Télévision Nationale du Burundi
12 Avenue 13 OCTOBRE | BP 1900 BUJUMBURA BURUNDI
Téléphone +257 22 22 35 85 | Email :rtnb@rtnb.bi